Le lendemain matin

Publié le par ptitminou

Nous ne voulions pas aller très loin, la propriétaire du gite nous a conseillé le château de langeais

Aux environs de l’an mil, la Touraine est convoitée par deux seigneurs : le comte d’Anjou, Foulques Nerra, et le comte de Blois, Eudes Ier. A la fin du Xe siècle, Foulques Nerra conquiert la place de Langeais, entre Tours et Saumur. Un "château" est alors fondé sur le promontoire. Il ne reste de cet ensemble que les vestiges du "donjon".

Langeais connaît ensuite une histoire mouvementée, tour à tour occupée par les comtes de Blois et d’Anjou. En 1044, Langeais passe, avec toute la Touraine, entre les mains des Plantagenêts, puis dans celle des rois d’Angleterre, leurs héritiers. C’est en 1206 que Langeais entre dans le domaine royal français, par suite des victoires de Philippe Auguste sur Jean sans Terre. A partir de cette période, le fief de Langeais est concédé à divers grands seigneurs proches du pouvoir royal

Pendant la guerre de Cent Ans, Langeais est le repaire épisodique de bandes armées. Charles VII, conscient du danger que peut représenter ce type d’occupation, décide de reprendre possession des lieux : la seigneurie est rachetée en 1422, et les fortifications autres que la « grosse tour » sont abattues.

Langeais, pendant la seconde moitié du XVe siècle, demeure une place importante. Ainsi, Louis XI, en réaction à la Ligue du Bien Public (coalition de grands seigneurs constituée contre le roi) à laquelle participe activement le duc de Bretagne, décide de faire bâtir un nouveau château à l’extrémité orientale de l’éperon. Le chantier est en pleine activité en 1465 et en 1467. La direction de ces travaux est assurée par Jean Bourré, fidèle conseiller du roi, en coopération avec Jean Briçonnet, autre serviteur du roi et alors premier maire de Tours. Cependant, les troubles de la Ligue du Bien Public s’apaisent et, à partir de 1468, Louis XI aura à lutter contre un ennemi bien plus dangereux : le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Les travaux s’arrêtent ; le château, construit sous l’impulsion royale, est cédé dès juillet 1466 au cousin du roi, Dunois, fils du compagnon de Jeanne d’Arc.
C’est dans le château de Dunois qu’a lieu le mariage de Charles VIII et d’Anne de Bretagne, à l’aube du 6 décembre 1491. Ce mariage met fin aux troubles entre la France et la Bretagne, et constitue le début du rattachement du duché à la royauté française.

Le mariage a lieu en présence d’une petite assistance, dans une des grandes salles du château. Le contrat de mariage stipule que les conjoints se font mutuelle donation de leurs droits sur le duché ; de plus, Anne s’engage à épouser, si le roi meurt sans enfant mâle, le nouveau souverain. C’est ce qu’il adviendra : les enfants du couple royal meurent à la naissance ou en bas âge,Charles VIII en 1498, au château d’Amboise. Anne de Bretagne épouse alors le cousin de Charles VIII, Louis d’Orléans, qui régnera sous le nom de Louis XII

Jacques Siegfried et sa famille
Après le XVe siècle, le château de Langeais est cédé à diverses personnes et n'est guère entretenu. Seul Christophe Baron, propriétaire à partir d'avril 1839, entreprend des travaux de restauration et achète une collection de mobilier. Malheureusement, son fils, pour régler des dettes importantes, vend une grande partie de cette collection. Après le décès du fils Baron, le château est acquis par Jacques Siegfried.

Jacques Siegfried
, né à Mulhouse en 1840, est un homme d’affaires très actif : banquier, il est aussi chargé par le gouvernement français de rechercher les meilleurs moyens de développer le commerce français à l’étranger. Il est également passionné par l’art du Moyen Âge et acquiert, le 28 juillet 1886, le château de Langeais. Il passe alors presque vingt ans de sa vie à le restaurer et le remeubler, restituant ainsi le cadre de vie de la noblesse de la fin du Moyen Âge.
En 1904, il donne le château et sa riche collection à l’Institut de France, qui en est toujours propriétaire.
Chateau de Langeais aout 2010
Chateau de Langeais aout 2010
Chateau de Langeais aout 2010
Le reste est sur http://ptitminou.over-blog.fr/album-1279183.html

Publié dans Voyages

Commenter cet article

Domajj 06/09/2010 12:02


Bonjour Ptitminou,

Ah l'Anjou ... les jardins de la France, j'aime cette région où il fait bon vivre dans tous les sens du terme ...

J'espère que vous en aurez bien profité ... J'y retourne régulièrement car j'ai de la famille dans le coin ...

Bon lundi et bonne semaine.

@mitié de terres de Champagne.

Domajj